La Survie de Molly Southborne

De Tade Thompson, 2019.

Prenant le pli de désormais également relater les publications d’Une Heure Lumière dans ces colonnes, voici leur dernier avatar. La Survie de Molly Southborne fait suite à Les Meurtres de Molly Southborne, publié en 2017 (et en 2019 dans sa traduction française, aussi chez Une Heure Lumière) et il m’est donc nécessaire de toucher un mot sur ce premier tome, non abordé ici. Les Meurtres […] nous font découvrir une jeune fille en proie à un mal étrange : à chaque fois qu’elle saigne, que cela soit dû à une coupure ou à ses règles, son sang « créé« , pratiquement ex-nihilo, un double d’elle-même. Jusque-là, à part le risque rapide de surpopulation locale, pas de problème. La situation se corse quand l’on comprend que ces doubles, qui ont l’âge de l’original, n’ont qu’un et un seul but : la tuer. Le premier tome nous introduit donc à cette situation pour le moins problématique et à son personnage principal et éponyme, Molly Southborne, qui sera entraînée dès son plus jeune âge à nettoyer toute trace de sang avant que celui-ci n’ait l’occasion de se transformer ou à supprimer ses doubles assassins en cas de négligence.

Elle sera aidée en cela par des parents aimants qui semblent avoir eux-mêmes subit un entraînement de para-commando et par une société secrète qui a pour mission de la préserver. Le premier tome s’attarde alors sur les dommages inévitables qu’une telle vie et les meurtres multiples qu’elle suppose vont laisser dans la psyché de l’enfant Molly et vont la poursuivre dans son adolescence jusqu’à l’âge adulte. Loin d’être joyeuse, cette réutilisation du mythe du doppelganger a été largement saluée à sa sortie et Tade Thompson, nouvelle voix africano-britanique dans la SFFF (je le souligne, car la diversité ethnique n’est pas spécialement un trait marquant des auteurs de SFFF) a reçu la reconnaissance des ses pairs notamment grâce à cette intéressante novella.

Le deuxième tome, La Survie du Molly Southborne, qui nous occupe aujourd’hui, prend de manière assez maligne le contrepied du premier tome. Inévitablement, ce qui va suivre spolie la fin de la première novella, donc je vous déconseille de lire la critique plus avant si ce qui précède vous donne l’envie de découvrir ces textes. Si non, ou si vous avez lu le premier tome, je continue pour vous ! [SPOILER] Molly Southborne, l’originale, étant morte à la fin du premier tome/au début de ce second tome, épuisée psychologiquement, il peut sembler étrange de donner une suite à la novella originale. Mais, avant de mourir dans les flammes, Molly, l’originale, forme un « double » à la rude. Car c’est l’une des caractéristiques de ces doubles que l’on découvre ici : ils partagent en fait leur mémoire avec l’originale.

Cette seconde Molly se réveille donc peu de temps après la mort de l’originale, perdue dans une cité américaine qui lui est totalement étrangère. Ses réflexes innés (acquis par l’originale) lui offrent cependant une série de compétences assez utiles : la survie, quelle que soit les circonstances, l’adaptabilité et, au besoin, le recours à une violence aussi froide qu’efficace. Cependant, en tant que double, elle ne produit pas de doppelgangers lorsqu’elle saigne. Elle doit cependant cacher ce fait à l’organisation qui protégeait la première Molly, au risque d’être « traitée » comme les autres doubles, c’est-à-dire d’être purement et simplement recyclée en pertes et profits ! Elle ne tardera cependant pas à croiser d’autres personnages intéressants (dont une autre femme qui se multiplie par le sang) qui viendront semer le trouble dans nos certitudes du premier volume : les amis et les ennemis ne sont pas forcément ceux que l’on croit et la situation est certainement encore plus trouble que ce qu’elle semblait être au premier abord… [/SPOILER]

Sans davantage développer l’histoire, on notera qu’avec ce deuxième opus, Thompson s’appesantit encore plus sur la folie et les dommages psychologiques qu’une vie de violence peut engendrer sur un(e) humain(e) somme toute normal(e). Au-delà des affres de l’adolescence et de la découverte de la sexualité (contrariée, on peut aisément l’imaginer) du premier tome, Thompson creuse ici la question de l’identité, de la mémoire et de l’équilibre fragile de personnages, par essence, psychotiques. Le résultat, nerveux et concis, est brillant. Si ses romans sont à l’image de ses novellas, on peut affirmer sans crainte qu’on a bien là une future grande plume SFFF britanique. A suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.