Nicky Larson et le Parfum de Cupidon

De Philippe Lacheau, 2018.

Projet hautement improbable, décrié avant même sa sortie par une myriade de fans outrés, échec au box-office et ignoré par la presse généraliste comme par la presse cinéma, il est important de prendre la plume pour réhabiliter ce long métrage. Si ce n’est pas un chef-d’œuvre du 7ème art, c’est un formidable film d’artisan et de fan. Le concept même devait nous mettre la puce à l’oreille : Philippe Lacheau, né en 1980 et réalisateur des comédies franchouillarde Babysitting, Babysitting 2 et Alibi.com, se lance dans l’adaptation du manga phare de Tsukasa Hojo avec pour ambition de revêtir lui-même le costume bleu (et le t-shirt rouge) du meilleur assassin de Shinjuku. Vraisemblablement biberonné au Club Do, Lacheau tente donc l’impossible : réussir une adaptation de manga du début des années 90 sur grand écran, en France, en 2018, soit près de 30 ans après le succès de la série animée originale.

Et, ma foi, … il y parvient. Si le film a bien sûr des limites (la première étant que la France n’est pas le Japon et que Paris et Nice/Cannes ne ressemble pas réellement à Tokyo), il respire la bonne humeur et l’hommage réfléchi. Bourré de références à la génération Club Do (impossible de toutes les reprendre ici, mais citons dans le désordre les références à Rémi Sans Famille, Ranma 1/2, Les Chevaliers du Zodiaque, l’Inspecteur Gadget, etc. … sans oublier le caméo de Dorothée elle-même et la référence à ses fameuses chaussettes rouge et jaune à petits pois, bien sûr !), le film est avant tout une déclaration d’amour à son matériaux d’origine. Lacheau a non seulement digéré ce qui fit l’essence de Nicky Larson (en ce compris le côté ridicule du doublage et de certaines adaptations bien-pensantes de la VF animée de l’époque), il fait également preuve d’une très bonne connaissance du manga de Hojo, City Hunter. Le rôle de Falcon/Mammouth, l’utilisation fort à propos des musiques originales, l’utilisation de certains mots japonais (comme le fameux mokkori !), le non moins fameux corbeau traversant l’écran, le marteau de Laura, etc. sont des clins d’œil que seuls les connaisseurs repéreront.

Mais c’est surtout dans le fond même de l’histoire que Lacheau touche juste avec son Parfum de Cupidon. La clé du film, comme du manga, est bien sûr la relation Nicky/Laura (Ryo/Kaori). Et si le brave Lacheau fait un Nicky Larson correct, manquant sans doute un peu de carrure, la véritable perle du film est l’actrice Elodie Fontan, qui joue une Laura plus vraie que nature. Elle est juste de bout en bout, dans chacune de ses actions et réactions. Et cette relation est bien sûr le moteur dramatique du film, la promesse à jamais inassouvie d’une relation fusionnelle qui serait trop intense pour être vécue.

Et si le scénario en tant que tel est un poil tiré par les cheveux (il est question d’un groupe armé qui essaie de récupérer un parfum qui, une fois aspergé sur un individu X, rend automatiquement amoureux de ce dernier quiconque le respire) et les intérêts des méchants en particulier restent mystérieux (pourquoi veulent-ils récupérer ce parfum ? pourquoi à ce prix ? pourquoi -spoiler alerte- le méchant Didier Bourdon fait-il appel à Nicky pour se protéger de ses anciens partenaires de crime, sachant qu’il pourrait aussi utiliser le parfum pour éviter tous problèmes ?), cela n’a finalement que peu d’importance. Les scénarios des épisodes de l’anime n’étaient pas tous tellement plus malins… 😉 C’est surtout l’occasion de sortir les flingues, d’enchaîner les bastons, de sortir les belles filles et les belles bagnoles et d’avoir un max la classe pour Lacheau et sa bande de potes.

Et, je le répète ; ça marche. Même les scènes accessoires, centrées sur les personnages de Poncho (un employé municipal benêt qui tombe sous le charme d’une Laura parfumée) et de Gilbert Skippy (un bonhomme lambda qui récupère par hasard le parfum et essaie de s’en servir pour charmer nulle autre qu’une Pamela Anderson vieillissante –qui se prête bien volontiers au jeu ! :-)-, sont amusantes et évitent la lourdeur idiote de nombre de comédies françaises des 15 dernières années (qui copient mal les américains). Le Parfum de Cupidon se déguste donc avec un sourire aux lèvres pendant cette trop courte heure et demie de cascades, vannes et références en tout genre. Une vraie madeleine de Proust, comme je l’ai déjà évoqué plusieurs fois dans ces colonnes.

Malheureusement, c’est également là la plus grande faiblesse du film. Déclaration d’amour à une époque et à un genre depuis longtemps passé de mode, Nicky Larson et le Parfum de Cupidon contient dans son ADN même les raisons de son échec commercial. Sa « cible » est trop limitée. En effet, il faut avoir entre 30 et 40 ans pour comprendre toutes ces références, pour comprendre ce rythme, pour apprécier l’hommage. Les plus jeunes n’y comprendront goutte et n’y verront que les moments de slapstick comedy (qui, s’ils sont amusants, ne suffisent pas à tenir le film entier). Les plus vieux y verront les mêmes sornettes qui les a fait dénigrer l’anime voilà 25 ans. Ce n’est ni le premier ni le dernier film générationnel à tenter l’aventure du grand public. Mais, comme c’est souvent le cas, le Parfum de Cupidon ne parvient pas à transcender son matériau d’origine, à aller au-delà de l’hommage pour devenir une œuvre à part entière, appréciable pour ce qu’elle est et uniquement pour cela.

Il nous reste donc une véritable friandise pour un bonhomme (ou une femme, of course, Laura étant un exemple de héros féminin positif) de mon âge. Et une curiosité sans beaucoup d’intérêt pour tous ceux qui n’entrent pas le cœur de cible. Dommage. Mais tant mieux pour ceux qui en font partie, du cœur de cible : remercions tous Philippe Lacheau pour son investissement et son délire. Il a mis le paquet pour que l’adaptation ne soit pas ridicule (c’est bien un film avec des scènes d’action réalisées de manière plus que correcte, pas un sentaî à costumes en carton-pâte cheap) et nous livre un film-hommage frais, amusant et agréable à l’œil et à l’oreille. Au nom de ma génération d’anime-fan de base, je ne peux que le remercier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.